ZOUDOU Artiste Singulier

Jean François Barrat sculpteur de papier à la La Roche sur Yon en Vendée 06 52 24 60 40

Alain Lacoste : le rédempteur funeste

Publié le 10 Juin 2010 par tartuffio in artistes

(A propos de la rétrospective Alain lacoste du 10 avril au 4 juillet 2010, espace Scoman Laval Mayenne France)

Voir l'Album

lacoste3

Lacoste ,facit satisfecit, dégaine le sourire fugueur du furtif aux grands bois aux abois,  pousse une gueulante de plombier fumasse, de ferrailleur introspectif, d'artificier prêt à faire feu en pompier ravageur sur le théâtre du quotidien.

En préambule picaresque, des anges déchus presque repus  se jouent  à genou, tel un joujou fléchissant, livide ,démasqué, élimé, rompu en acrobate ultime, de la maman des putains.

Puis de ces transes improbables, de ces lacis pervers, de ces entrelacs de chats de gouttières écartelés, de ces genèses débridées, tentaculaires s'affalent  des testicules pesantes sur nos épaules crevassées.

Délirium des fées très minces, flirt crépusculaires des gringalets aux guiboles dégingandés, art timbale aux sons creux, tintamarre des idylles des édiles fortunés, formatés,  l'amour délétère les fait  taire: la bête à bon dos.

Le sang mêlé des sens dessus dessous, dévoile ce frère carnassier, revêche, chevêche, cet hibou à poil dur, ce clown assidu, interrompu dans son numéro de OH! vol. Il dévore à pleines dents la dure moelle aux os saillants, le clafoutis des fêlés de la terre, les momies encore toutes enturbannées, le défilé incessant des poncifs souverains, des hérauts picaresques, des chevaliers tétons, en traits d'une fulgurance  intestine et flageolante.

Le cul par dessus tête, les fils   de la mémoire brisée, ce jeu de dupe et de stupre  crucifie l'espiègle, le trucide, le "troglodise" mignon sans voix. Évincé, éviscéré, plastifié à cru, pas si fier dans sa chair absconse, il lâche enfin les rênes d'un chariot funèbre à brides débattues, devenu enfin citoyen de l'outre monde, des crevures célestes, des expropriés de l'âme experte, des damnés  si courts vêtus, des affamés aux fûts soufrés.

Ces étrusques frustrés , ces rois déchus du salto arrière, ces pauvres bougres abusés, trouvent  alors à foison dans ces "crocodileries", dans ce galimatias sauvage et forestier, dans cette étreinte besogneuse et ardue, les traces oisives et  secrètes d'un cri fatal,  foetal,  primal...

Lacoste en rédempteur funeste, en  fesseur de songes éveillé, en petit pair des pauvres airs,  en démineur majeur les mains enduites de salpêtre  déboulonne des gonds improbables, dégage à la serpe des  épineux argentés, ouvre cette lucarne lumineuse, luciole fugitive et flatulente dans nos coeurs de brutes.

  Jean François Barrat le 10 juin 2010


lacoste6

Commenter cet article